Pas d'impôts successoraux à 150 % sur les avoirs détenus sur des comptes communs

Préparer votre avenir Investir Actualités Fiscalité – 14 septembre 2022

Les enfants qui laissent les avoirs sur des comptes communs au nom du parent survivant ne doivent désormais plus s'acquitter en Flandre d'impôts successoraux sur les avoirs lors du décès de ce parent survivant. Reste à voir si cette mesure sera également adoptée par les autorités fiscales des régions wallonne et bruxelloise.

Que dit la loi ?

impôts successoraux avoirs détenus comptes communs
Il est important que la dette du parent survivant envers les enfants soit clairement mentionnée dans la déclaration de succession du survivant.

Après le décès du premier conjoint, un impôt sur la succession sera dû sur la moitié de l'argent se trouvant sur les comptes communs. Sauf si d'autres conventions ont été prises comme dans un testament ou un contrat de mariage, le parent survivant reçoit en principe la moitié du patrimoine commun en pleine propriété sur la base du droit des régimes matrimoniaux et l'autre moitié en usufruit sur la base du droit successoral. Les enfants jouissent de la nue-propriété sur cette partie.

Dans la pratique, imposition jusqu'à 150 %

Généralement, les comptes restent tous au nom du conjoint survivant, ce qui implique que les avoirs bancaires se mélangent.

Les avoirs déclarés lors du premier décès ne sont ainsi plus individualisables ni identifiables. Le service flamand des impôts appliquait dans ce cas le principe d'une imposition totale, à moins que les enfants ne puissent prouver qu'une partie avait déjà été imposée.

Ce point de vue avait d'importantes conséquences. En cas de décès du parent survivant, les enfants étaient (une fois encore) redevables d'un impôt successoral, sur la valeur des avoirs qui figuraient à ce moment sur les comptes. La moitié des avoirs bancaires communs était imposée une deuxième fois, ce qui donne dans la pratique une imposition à 150 % des avoirs bancaires communs.

Nous vous recommandons donc de conserver soigneusement vos relevés de compte. Les demandes ultérieures de duplicata de relevés de compte auprès de la banque entraînent généralement des frais.

Désormais, plus d'impôt sur les successions à 150 %

La Cour d'appel de Gand a, dans un arrêt du 30 mars 2021, réprimandé le service flamand d'imposition pour cette approche.

La Cour d'appel confirme qu'en cas de décès du parent survivant, aucun impôt sur les successions n'est dû sur tous les avoirs bancaires si, après le décès du premier parent, les avoirs ont été placés sur les comptes communs au nom du survivant, afin qu'il jouisse d'un plein droit de disposition sur ceux-ci.

Après le décès du partenaire survivant, les héritiers doivent pouvoir prouver que l'argent est resté sur le compte du partenaire survivant et que le partage du compte n'a pas encore eu lieu. Nous recommandons donc de conserver soigneusement les relevés de compte. Les demandes ultérieures de duplicata de relevés de compte auprès de la banque entraînent généralement des frais.

Le service flamand d'imposition s'est incliné et suit cet arrêt.

Important à savoir : depuis le 1er septembre 2021, les impôts perçus à tort peuvent être réclamés au fisc flamand, même pour les décès survenus avant cette date.

Comme déjà mentionné, il reste à voir si le SPW Fiscalité, l’administration fiscale wallonne, et Bruxelles Fiscalité, le service public fiscal de la Région de Bruxelles-Capitale, vont également adapter leur point de vue sur la base de cet arrêt.

Bon à savoir : le droit successoral est en évolution continue. C'est pourquoi il est utile de bien vous informer chez votre notaire. Le site notaire.be regorge également d'informations utiles.

Lisez aussi :

Conseils et questions sur nos produits

Contactez votre Agent bancaire AXA

Plus d'articles à ce sujet

Héritage exonéré d’impôts pour vos (petits-)enfants grâce à la donation en cascade

Dès 2023, la donation en cascade sera enfin possible en Wallonie. Si vous habitez en Flandre, vous pouvez depuis 2018 déjà transmettre directement à vos enfants ou petits-enfants une partie de l'héritage que vous avez reçu et sur lequel des droits de succession flamands ont été payés. A condition de remplir un certain nombre de conditions, vous ne paierez pas ou que peu d’impôt sur ces « donations en cascade ».

Plus d'infos

Investir en période de crise

L'inflation, la hausse des prix de l'énergie, la guerre et la menace en provenance de la Chine. Les défis auxquels les investisseurs sont confrontés sont légion. Comment garder la tête froide dans un contexte aussi houleux ? Quels sont les dangers ? Et où résident les opportunités ? À l'occasion d'un webinaire, Étienne de Callataÿ, économiste et professeur, et Bart Abeloos, économiste en chef chez Crelan, ont donné des réponses à ces questions.

Plus d'infos

Focus sur la macroéconomie : inflation, inflation, inflation

Le danger d'escalade géopolitique est revenu, après un été relativement calme. La situation énergétique est loin d'être claire. Les signes de refroidissement de la croissance sont de plus en plus visibles. Mais la persistance de chiffres d'inflation élevés a fait passer toutes ces préoccupations au second plan pour les investisseurs. Que faire ?

Plus d'infos

Septembre 2022 : rentrée conforme aux mois précédents

La rentrée de septembre a été conforme aux développements de ces derniers mois avec une tension importante sur les prix, ce qui a conduit les banques centrales à procéder à des resserrements de leurs politiques monétaires. Une combinaison qui tend à peser sur la consommation comme sur l’investissement.

Plus d'infos

Prenez rendez-vous auprès de votre Agent bancaire AXA