Pas d'impôts successoraux à 150 % sur les avoirs détenus sur des comptes communs

Préparer votre avenir Investir Actualités Fiscalité – 17 juin 2022

Les enfants qui laissent les avoirs sur des comptes communs au nom du parent survivant ne doivent désormais plus s'acquitter en Flandre d'impôts successoraux sur les avoirs lors du décès de ce parent survivant. Reste à voir si cette mesure sera également adoptée par les autorités fiscales des régions wallonne et bruxelloise.

Que dit la loi ?

impôts successoraux avoirs détenus comptes communs
Il est important que la dette du parent survivant envers les enfants soit clairement mentionnée dans la déclaration de succession du survivant.

Après le décès du premier conjoint, un impôt sur la succession sera dû sur la moitié de l'argent se trouvant sur les comptes communs. Sauf si d'autres conventions ont été prises comme dans un testament ou un contrat de mariage, le parent survivant reçoit en principe la moitié du patrimoine commun en pleine propriété sur la base du droit des régimes matrimoniaux et l'autre moitié en usufruit sur la base du droit successoral. Les enfants jouissent de la nue-propriété sur cette partie.

Dans la pratique, imposition jusqu'à 150 %

Généralement, les comptes restent tous au nom du conjoint survivant, ce qui implique que les avoirs bancaires se mélangent.

Les avoirs déclarés lors du premier décès ne sont ainsi plus individualisables ni identifiables. Le service flamand des impôts appliquait dans ce cas le principe d'une imposition totale, à moins que les enfants ne puissent prouver qu'une partie avait déjà été imposée.

Ce point de vue avait d'importantes conséquences. En cas de décès du parent survivant, les enfants étaient (une fois encore) redevables d'un impôt successoral, sur la valeur des avoirs qui figuraient à ce moment sur les comptes. La moitié des avoirs bancaires communs était imposée une deuxième fois, ce qui donne dans la pratique une imposition à 150 % des avoirs bancaires communs.

Nous vous recommandons donc de conserver soigneusement vos relevés de compte. Les demandes ultérieures de duplicata de relevés de compte auprès de la banque entraînent généralement des frais.

Désormais, plus d'impôt sur les successions à 150 %

La Cour d'appel de Gand a, dans un arrêt du 30 mars 2021, réprimandé le service flamand d'imposition pour cette approche.

La Cour d'appel confirme qu'en cas de décès du parent survivant, aucun impôt sur les successions n'est dû sur tous les avoirs bancaires si, après le décès du premier parent, les avoirs ont été placés sur les comptes communs au nom du survivant, afin qu'il jouisse d'un plein droit de disposition sur ceux-ci.

Après le décès du partenaire survivant, les héritiers doivent pouvoir prouver que l'argent est resté sur le compte du partenaire survivant et que le partage du compte n'a pas encore eu lieu. Nous recommandons donc de conserver soigneusement les relevés de compte. Les demandes ultérieures de duplicata de relevés de compte auprès de la banque entraînent généralement des frais.

Le service flamand d'imposition s'est incliné et suit cet arrêt.

Important à savoir : depuis le 1er septembre 2021, les impôts perçus à tort peuvent être réclamés au fisc flamand, même pour les décès survenus avant cette date.

Comme déjà mentionné, il reste à voir si le SPW Fiscalité, l’administration fiscale wallonne, et Bruxelles Fiscalité, le service public fiscal de la Région de Bruxelles-Capitale, vont également adapter leur point de vue sur la base de cet arrêt.

Bon à savoir : le droit successoral est en évolution continue. C'est pourquoi il est utile de bien vous informer chez votre notaire. Le site notaire.be regorge également d'informations utiles.

Lisez aussi :

Conseils et questions sur nos produits

Contactez votre Agent bancaire AXA

Plus d'articles à ce sujet

Evolution de l’économie mondiale : pas de remède efficace sans arrière-goût amer

L'inflation ne cesse d'atteindre un peu partout de nouveaux sommets, mais l’attention des marchés financiers se détourne peu à peu de ce phénomène pour se porter sur le danger d'un ralentissement de la croissance économique. En Europe, c'est surtout l’incertitude en matière d’énergie qui freine consommateurs et entreprises. A peine la Réserve fédérale américaine avait-elle sérieusement relevé ses taux d'intérêt que la Banque centrale européenne lui emboîtait le pas en amorçant une normalisation de ses taux directeurs. Et ce ne sont pas des indicateurs de croissance plus faiblards qui devraient empêcher les deux banques centrales de continuer à resserrer leur politique monétaire au cours des mois qui viennent.

Plus d'infos

Des gestionnaires de fonds renommés étoffent l'offre en investissement

Cela fait des années qu'AXA Banque collabore avec AXA Investment Managers pour proposer des solutions d’investissement. Nous étendons à présent notre offre avec une sélection variée et qualitative de fonds des gestionnaires de fonds Amundi et Econopolis. Et c'est une bonne chose pour vous ! Vous bénéficiez d'un choix plus vaste pour étendre votre portefeuille d’investissements. En matière de gestion, mais aussi si vous souhaitez mettre l'accent sur des secteurs ou thèmes spécifiques.

Plus d'infos

Investissements : quels experts vous assistent chez AXA Banque ?

Faibles taux d'intérêt sur les comptes d'épargne, inflation importante, projets à moyen et long terme, préparation de votre pension... De nombreuses raisons existent pour vous inciter à chercher à faire fructifier votre capital. Vous n'avez ni le temps ni l'expérience pour le faire vous-même ? Investissez dans des fonds et confiez votre capital à des spécialistes !

Plus d'infos

L’économie mondiale à la peine en juin 2022

Après plusieurs mois de résilience, la consommation américaine commence à marquer le pas. La zone euro est aussi de plus en plus menacée et même le secteur des services montre des signes de faiblesse. L’inflation a atteint de (nouveaux) plus hauts historiques. La Fed (Réserve fédérale américaine) a donc dû augmenter ses taux directeurs de 75 points de base en juin, tandis que la BCE (Banque centrale européenne) devrait aussi passer à l’action en juillet. 

Plus d'infos

Forte inflation en mai 2022, et les menaces de sa durée

L’inflation reste le sujet préoccupant en mai 2022, plus particulièrement sa persistance dans le temps alimentant les craintes de désancrage des anticipations d’inflation. Dans ce contexte, les banques centrales ont peu d’alternatives, en particulier aux États-Unis et au Royaume-Uni. En zone euro, l’activité économique tient bon, mais les perspectives s’assombrissent pour le deuxième semestre alors même que la BCE a d’ores et déjà entériné deux hausses de taux en juillet et septembre.

Plus d'infos

Prenez rendez-vous auprès de votre Agent bancaire AXA