Que nous réserve 2017 ? Partie 1 – L’Europe

Préparer votre avenir Investir Actualités – 11 janvier 2017

Que pouvons-nous attendre comme grands évènements macro-économiques en 2017 et quel sera leur impact sur les marchés financiers ? Nous faisons le point pour vous dans trois articles successifs, lecture essentielle pour tout investisseur. Nous nous attardons dans un premier temps sur la situation en Europe. Nous prendrons ensuite la destination des États-Unis, avec le président-élu Trump en ligne de mire. Enfin, dans un troisième et dernier article, nous examinerons le cas de la Chine et nous arrêterons sur quelques autres marchés pertinents avant de résumer le tout.

Union européenne
Sur les plans politique et financier, 2017 devrait plutôt être une année modérée et stable pour l’Europe.

Pas de « virage à droite »

De nombreuses analyses consacrées aux évènements de l’année 2016 ont perçu le référendum sur le Brexit au Royaume-Uni et les élections présidentielles américaines ont été perçus comme un « virage à droite » logique, ou du moins comme une montée en puissance du populisme. Des parallèles peuvent évidemment être effectués entre les deux phénomènes, mais ils restent néanmoins bien plus différents qu’il n’y paraît à première vue.

Un pays n'est pas l'autre

Tous les contextes nationaux se distinguent les uns des autres. La récente défaite de Matteo Renzi lors du référendum italien ne s’explique pas par le même sentiment d’« anti-establishment » que celui qui règne aux États-Unis. Il s’agissait là, ni plus ni moins, d’un refus clair et net de la politique et du personnage Renzi.

En 2017, des moments forts sont également attendus avec les élections françaises et allemandes. Toutefois, il ne serait pas raisonnable de s’attendre à un scénario à la Trump ou à la Brexit dans ces pays.

France : probablement pas de scénario à la Trump

En France, étant donné le système spécifique d’élection, Marine Le Pen a très peu de chance d’accéder au deuxième tour des élections présidentielles. Un scénario à la Trump est toujours possible, mais il reste dans ce cas très improbable. Les sondages en France sont généralement plus fiables que ceux réalisés aux États-Unis, pour la simple et bonne raison que les électeurs français sont historiquement très ouverts par rapport à leur vote dans l’isoloir, même s’ils votent pour le Front National.

Allemagne : le climat politique reste calme

En Allemagne aussi, c’est plutôt la stabilité qui devrait l’emporter après les élections parlementaires qui auront lieu au printemps 2017. L’Alternative für Deutschland obtiendra à l’évidence plus de sièges dans de nombreuses régions dans la mesure où son discours anti-étrangers fait mouche auprès d’une partie de la population. Mais, même en cas de chute sévère dans les sondages d’opinion, Merkel reste toujours très populaire. L’alternative la plus crédible est qu’un candidat du SPD devienne chancelier fédéral. Et même dans ce cas, le climat politique restera calme.

Quid du Brexit ?

Les suites du vote en faveur du Brexit au Royaume-Uni commencent tout doucement à prendre forme. Les attentes en matière de croissance ont entre-temps été rectifiées et la livre reste faible. Le poids du Brexit sur l’économie semble avoir été suffisamment pris en compte dans l’intervalle, si bien qu’il ne devrait pas engendrer de mauvaises surprises en 2017.

UE : réduction des stimuli de la BCE

Cette stabilité politique ne signifie toutefois pas que les marchés financiers en Europe se porteront tous à merveille en 2017. On s’attend à une croissance stable qui reste basse à 1,5 %. Les actions européennes restent relativement chères par rapport à celles des pays émergents. Les entreprises européennes profitent bien de la croissance ailleurs dans le monde mais, malheureusement, pas de façon spectaculaire. 2017 se présente pour l’Europe comme l’année du tapering, c.-à-d. l’arrêt progressif des stimuli monétaires par la Banque Centrale Européenne. Les mouvements de taux d’intérêt dépendront évidemment de différents facteurs, aussi bien macro-économiques que géopolitiques. Un doublement du taux allemand à 10 ans par rapport au niveau actuel n’est pourtant pas irréaliste.

Nos attentes, en quelques mots

Sur les plans politique et financier, 2017 devrait plutôt être une année modérée et stable pour l’Europe.

Source : AXA IM

Conseils et questions sur nos produits

Contactez votre Agent bancaire AXA

AXA utilise des cookies pour faciliter la visite du site Internet. Plus d'infos

Autoriser les cookies