Des taux à long terme supérieurs induits par une solide croissance économique

Préparer votre avenir Actualités Investir – 03 avril 2018

Divers indicateurs continuent à pointer vers une croissance économique robuste, aussi bien en Europe qu’aux États-Unis et dans les pays émergents. Bien que cette croissance synchrone ait déjà probablement atteint son plus haut, c’est là une bonne nouvelle pour les bénéfices que publieront les entreprises. Une croissance économique élevée entraîne un faible taux de chômage, des salaires supérieurs et une inflation accrue. Ce qui, à son tour, ouvre la voie à des taux d'intérêt supérieurs.

C’en est presque fini de la politique de l'argent gratuit'

macroéconomie
Il est possible que nous nous dirigions vers une première majoration du taux à court terme, début 2019.

Dans le même temps, nous considérons que les banques centrales vont progressivement abandonner leur politique de l'argent gratuit’. Aux États-Unis, les taux à court terme vont progressivement poursuivre leur hausse et en Europe aussi, certains signaux indiquent que la Banque centrale européenne (BCE) réduira ses mesures de soutien à l’automne.

Depuis début février, les marchés financiers se trouvent clairement dans des eaux agitées. Cette volatilité peut se maintenir en raison de la crainte de voir une inflation plus importante que prévu. Bien entendu, nous devrons aussi suivre de près les risques politiques et la possible escalade d’une éventuelle guerre commerciale.

Les perspectives pour les diverses zones économiques

Régulièrement, des enquêtes sont menées auprès des responsables des achats dans les entreprises, parce que ceux-ci ont une bonne vision de ce qui se passe dans leurs sociétés. Aux États-Unis, il en ressort une confiance dans l’avenir  qui n’avait plus été observée depuis 2004/2005. Nous nous basons sur une croissance de 2,9% en 2018 et 2,3% en 2019. Dans notre scénario central, nous pensons que les droits à l’importation sur l’acier et l’aluminium n’auront qu’un  impact limité. Une guerre commerciale élargie entraînerait certes un risque. En février, l'inflation a atteint un niveau de 2,2%. Nous retenons quatre augmentations des taux à court terme jusqu’à 2,25 – 2,5% en 2018. L’an prochain, nous pourrions atteindre un niveau d’intérêts de 3 – 3,25%. Aux États-Unis, le taux à long terme pourrait grimper jusqu’à 4% en 2020.

enquête PMI

En Europe aussi, l’économie s’accélère avec une croissance attendue de 2,7% en 2018 grâce à une forte demande intérieure et au redressement du commerce mondial. En raison de l’augmentation de l’emploi, les ménages épargneront moins et consommeront plus, tandis que les investissements augmenteront également. Dans ce cadre, la BCE prépare le marché à un arrêt progressif de son programme d’achat d’obligations (entraînant des taux à long terme faibles) et il est possible que nous nous dirigions vers une première majoration du taux à court terme, début 2019.

En Chine, l'inflation a atteint son plus haut niveau depuis 2013, principalement sous l’impulsion des prix alimentaires. La bonne croissance économique permet au gouvernement de poursuivre une politique visant à éviter une surchauffe dans la construction et la réduction du taux d’endettement. La correction des marchés d’actions chinois était du même niveau que celle opérée dans les autres parties du monde. La volatilité peut bien sûr continuer à augmenter en cas d’intensification des conflits commerciaux, mais les perspectives économiques à moyen terme restent positives.

La reprise cyclique dans les pays émergents se poursuit et les enquêtes indiquent un soutien à une croissance plus élevée en 2018. On s’attend à ce que la demande interne augmente, alors que les exportations pourraient fléchir quelque peu. Les prix des matières premières sont maintenant relativement stables.

Stratégie d’investissement

Ces dernières semaines, les marchés d'actions ont connu une évolution agitée. Fondamentalement, les perspectives économiques restent cependant intactes, ce qui soutient l’augmentation des bénéfices des entreprises. Après corrections, les indicateurs techniques se trouvent aujourd’hui davantage à un niveau neutre après une situation de surachat au début de l’année. Nous pouvons donc dire que les niveaux de valorisation sont actuellement plutôt équitables et non fortement exagérés. Cette année, la performance pourrait être en ligne avec la croissance bénéficiaire des entreprises.

Dans ce cadre, nous continuons à accorder une pondération plus forte aux valeurs axées sur la croissance (actions, obligations à haut rendement et obligations de pays émergents). Une inflation en hausse est susceptible d’entraîner des taux d'intérêt supérieurs, ce qui peut peser sur les cours des obligations d'État (États-Unis et principaux pays d’Europe) ainsi que sur les obligations d'entreprises de haute qualité. Celles-ci sont donc sous-pondérées. Dans les portefeuilles, on conserve aussi des obligations liées à l’inflation, à supposer que l’inflation s’avère supérieure aux prévisions.

stratégie d'investissement

Les stratèges d’AXA Investment Managers continuent à se sentir à l’aise avec une surpondération d’actions à la lumière des bénéfices des entreprises et des ratios techniques. Aux États-Unis, cela est soutenu par des rachats et fusions, et les entreprises qui continuent à racheter leurs propres actions. Dans le volet ‘actions’, préférence est donnée à l’Europe et aux banques européennes (qui profitent d’un taux supérieur), ainsi qu’aux marchés émergents. Les gestionnaires de fonds ont tiré parti des corrections pour effectuer des opérations tactiques à court terme.

Source : AXA Investment Managers, 23 mars 2018.

Conseils et questions sur nos produits

Contactez votre Agent bancaire AXA

Plus d'articles à ce sujet

Revenus annuels des fonds d’investissement : faut-il les déclarer?

Vous êtes peut-être en pleine déclaration d’impôt et vous vous demandez si vous devez mentionner les revenus annuels découlant des fonds dans lesquels vous avez investi. La réponse à cette question est : non. Enfin, pas dans la plupart des cas. En effet, il y a anguille sous roche : les revenus générés durant l’année calendrier écoulée par les fonds d’investissement régis par des droits étrangers doivent, dans certains cas, être déclarés. Pourquoi ? Lisez la suite pour le découvrir.

Plus d'infos

Successions : le « vrai ou faux » des donations

Donner, c’est aussi et surtout donner correctement. Sans embarras pour le donateur et le donataire. Sans vouloir être exhaustif dans cette matière en perpétuelle évolution ni nous substituer à votre notaire, voici un article « vrai ou faux » pour vous initier aux donations.

Plus d'infos

Le spectre de l'inflation refait-il surface?

Avant la pandémie de coronavirus, l'inflation semblait à l'agonie. Aujourd'hui, le pénible redressement de l'économie perturbe le fonctionnement du marché et pousse les prix vers le haut. Faut-il dès lors aussi s'attendre à un retour de l'inflation ?

Plus d'infos