Le variant Delta influe sur l’économie mondiale

Préparer votre avenir Corona Investir Actualités Budget – 10 septembre 2021

Le variant Delta constitue une source d’inquiétude. Les nouvelles contaminations restent élevées et le taux de vaccination global demeure insuffisant. Si l’impact sur l’économie est plus faible qu’auparavant, les incertitudes commencent à peser sur la confiance des ménages, en particulier aux États-Unis. Les enquêtes d’activités restent globalement bien orientées, malgré un léger déclin en août. Voyons cela, continent par continent.

variant Delta influe l’économie mondiale
Si l’impact du covid-19 sur l’économie mondiale est plus faible qu’auparavant, les incertitudes commencent à peser sur la confiance des ménages, en particulier aux États-Unis.

Les États-Unis : incertitudes sur la confiance des ménages

Aux États-Unis, la situation sanitaire s’est largement détériorée ces dernières semaines. Le nombre de nouvelles contaminations et les nouvelles hospitalisations sont en nette hausse, en particulier dans le sud du pays, tandis que le rythme de vaccination reste faible.

Ces incertitudes ont pesé sur la dernière enquête de confiance des ménages de l’université du Michigan qui a chuté à 70,2 en août contre 81,2 en juillet mais aussi sur l’enquête PMI Flash dans les services qui reste en expansion mais baisse de 4,7 points à 55,2.

En revanche, le secteur manufacturier résiste mieux, comme en témoigne l’indice PMI Flash qui s’est établi en août à 61,2 contre 63,4 en juillet.

Du côté de l’emploi, le rythme de création est resté soutenu avec près de 703.000 nouveaux emplois en août (+40.000 par rapport à juillet). La dynamique du marché de l’emploi reste à surveiller puisqu’elle déterminera le rythme de normalisation de la politique monétaire de la Fed (Réserve fédérale).

En effet, Jerome Powell a réaffirmé à Jackson Hole que la Fed était disposée à réduire ses achats nets d’actifs dès cette année si et seulement si les bonnes nouvelles sur le front de l’emploi se maintenaient. Tout en n’excluant pas la possibilité de reporter cette décision si la situation sanitaire venait à se détériorer.

L’inflation quant à elle s’est établie à 5,4 % en juillet en g.a mais la Fed reste confiante dans le fait que les pressions inflationnistes sont transitoires. Du côté des plans d’investissement, nous notons quelques avancées. Le Sénat a adopté le plan d’investissement dans les infrastructures qui contient $550 milliards de nouvelles dépenses.

En parallèle, la chambre des Représentants a approuvé un projet de budget de $3 500 milliards. Ce projet devrait permettre aux Démocrates de commencer à débattre de la seconde partie du plan d’investissement qui inclut plus de dépenses dans le social et dans la lutte contre le changement climatique.

Zone euro : l’inflation au plus haut depuis 10 ans

En zone euro, l’activité manufacturière (hors automobile) résiste plutôt bien face aux difficultés d’approvisionnement. Malgré un léger fléchissement en août, l’indice PMI reste en territoire de forte expansion à 61,5.

Le secteur des services poursuit quant à lui son redressement puisque l’indice PMI est ressorti à 59,7 en août contre 59,8 auparavant.

Les enquêtes de la Commission Européenne auprès des ménages et des entreprises restent à des niveaux élevés, malgré une légère baisse sur le mois d’août. Elles traduisent probablement une certaine normalisation, après quelques mois d’euphorie sur les données économiques mais aussi la présence du variant Delta qui accroit les comportements plus précautionneux de la part des ménages.

Du côté des prix, l’inflation s’est établie à un plus haut depuis 10 ans à +3 % en g.a. L’évolution des prix de l’énergie et de l’alimentaire ont eu un impact important puisque l’inflation dite sous-jacente s’est élevée à +1,6 % en g.a. Cette dernière a également été influencée par des effets de bases liés à la baisse temporaire de la TVA en Allemagne en juillet dernier mais aussi le décalage des soldes en France et en Italie.

En Allemagne, les sondages révèlent un changement majeur dans la course à la Chancellerie puisque le SPD - parti de centre gauche dirigé par l’actuel ministre des finances Olaf Scholz - pourrait remporter les élections. En l’état actuel, la coalition serait composée d’au minimum trois partenaires, compliquant grandement les discussions et les compromis entre les partis.

Royaume-Uni : « never change a winning team »

Au Royaume-Uni, le PIB a progressé de 4,8 % en g.t au 2e trimestre, bien aidé par la réouverture de l’activité, où l’on constate une hausse marquée de la consommation des ménages (+7,3 % après -4,6 % au T1) et une reprise dans le secteur des services.

La Banque d’Angleterre a laissé sa politique monétaire inchangée en début de mois, maintenant son opinion que le sursaut de l’inflation ne serait que temporaire.

L’économie fléchit en Asie

En Chine, des événements climatiques importants ont pesé sur l’activité. Le ralentissement de la croissance des exportations et le secteur de la construction ont aussi contribué au fléchissement de la dynamique économique : la production industrielle a fléchi pour s’établir à +6,1 % en g.a contre +6,9 % en juin, tandis que les ventes aux détails ont également diminué à +3,6 % en g.a, au plus bas depuis 5 mois.

La découverte de cas de COVID dans le port de Ningbo a également entrainé une fermeture partielle pendant plusieurs jours. Dès lors, de nouveaux soutiens de la part des autorités de politique monétaires et du gouvernement ne sont plus à exclure.

Au Japon, le gouvernement a étendu et prolongé à plusieurs régions l’état d’urgence jusqu’à mi-septembre. Objectif : endiguer la plus forte vague de contamination depuis le début de la pandémie.

Si le secteur manufacturier hors automobile résiste plutôt bien, le secteur des services éprouve de plus en plus de difficultés face aux restrictions.

Le premier ministre Yoshihide Suga, candidat à sa réélection, continue de voir sa popularité diminuer. Les électeurs lui reprochent une mauvaise gestion de la pandémie et l’accueil des Jeux Olympiques pendant une crise sanitaire.

Article rédigé sur la base des informations disponibles au 6 septembre 2021.

Attention : cet article ne constitue nullement un avis de placement au sens du droit financier.

Conseils et questions sur nos produits

Contactez votre Agent bancaire AXA

Plus d'articles à ce sujet

Que devient votre patrimoine si vous n’avez pas de famille ?

L'avantage fiscal du legs en duo n’existe plus en Flandre depuis le 1er juillet 2021. Cette modification met fin à une pratique courante consistant à faire hériter des amis ou des parents éloignés en bénéficiant d’un taux inférieur. Intéressant notamment si vous êtes célibataire sans enfant et sans autre famille proche. Quelle alternative existe-t-il dans ce cas ?

Plus d'infos

La force des intérêts composés pour préparer votre épargne-retraite

Einstein a décrit les intérêts composés, c’est-à-dire les intérêts calculés sur les intérêts, comme la plus grande force de l’univers. On pourrait également le reformuler ainsi : les petits ruisseaux font les grandes rivières. Et le rendement de cette accumulation pourrait bien être encore plus important que vous ne le pensez. Découvrez la puissance des intérêts composés, avec l’exemple de l’effet boule de neige.

Plus d'infos