L’impact de la crise du coronavirus sur le marché de l’immobilier

Vous loger Actualités Corona – 09 juin 2020

Le coronavirus a eu un impact énorme sur le monde, avec des conséquences qui se font sentir tant dans notre vie quotidienne que sur l’économie, et par extension sur le marché de l’immobilier. Il est bien sûr difficile de prédire l’avenir, mais nous évaluons pour vous dans cet article l’impact que la crise du coronavirus pourrait avoir sur le comportement des consommateurs et les prix de l’immobilier.

L’impact de la crise du corona sur le marché de l’immobilier
Il est difficile de prévoir l’avenir mais il semble que l’on ne doive pas s’attendre à une baisse importante des prix de l’immobilier à court terme.

L’impact de la crise du corona sur les agents immobiliers

À partir du 18 mars 2020, début du confinement, interdiction a été faite aux agents immobiliers d’effectuer des visites ou des états de lieux. Seul le traitement des mails et des tâches administratives était encore autorisé.

Le secteur de l’immobilier s’est donc retrouvé, comme beaucoup d’autres, temporairement à l’arrêt. Le lundi 11 mai 2020, les agents immobiliers ont pu reprendre leurs activités. Et ce, sous des auspices plutôt favorables.

Quel sera le comportement des consommateurs après le corona ?

Immoweb, le plus gros site d’annonces immobilières de Belgique, a réalisé une enquête en ligne afin de tenter d’en savoir plus sur le comportement que l’on peut attendre des consommateurs par rapport au marché de l’immobilier.

Il en ressort que seuls 43 % des candidats acheteurs interrogés étaient prêts à se (re)mettre en quête d’un logement immédiatement après le déconfinement. En revanche, pas moins de la moitié des vendeurs potentiels étaient dans les starting-blocks pour remettre leur bien sur le marché.

Le confinement devrait également avoir un impact négatif sur les candidats locataires. Seuls 66 % d’entre eux indiquaient qu’ils commenceraient ou reprendraient leur recherche d’une location à l’issue du confinement.

Ce qui est également frappant, c’est l’intérêt sensiblement accru pour les logements avec jardin ou terrasse. Ce qui est vraisemblablement dû au fait qu’ils sont nombreux, notamment parmi les citadins, à s’être sentis enfermés pendant le confinement.

Sur le plan de l’investissement, l’impact de la crise est encore plus grand. Seul un tiers des candidats investisseurs indiquent qu’ils vont chercher des opportunités de placement. La grande majorité d’entre eux adopte encore une attitude attentiste.

Il ressort enfin de cette enquête que la moitié des personnes interrogées pense qu’il va être plus difficile d’obtenir un crédit immobilier.

Quelles prévisions quant à l’évolution des prix des maisons ?

Encore une fois : il est difficile de prévoir l’avenir mais il semble que l’on ne doive pas s’attendre à une baisse importante des prix de l’immobilier à court terme. La valeur d’un bien dépend d’un certain nombre de facteurs tels que l’inflation, les revenus disponibles et la capacité de remboursement des acheteurs et des locataires.

Selon les économistes, les revenus disponibles des familles devraient baisser de 5 %. Le taux d’emprunt moyen pour les prêts immobiliers pourrait encore baisser davantage. Ce qui pourrait avoir des conséquences négatives pour les maisons de plus de 300 000 €.

Si l’on peut donc s’attendre à un impact financier légèrement négatif, la crise du coronavirus ne devrait donc pas avoir de conséquences lourdes sur le marché de l’immobilier.

Vous souhaitez lire d’autres articles consacrés à l’immobilier ? Consultez aussi nos autres blogs.

Conseils et questions sur nos produits

Contactez votre Agent bancaire AXA

Plus d'articles à ce sujet

De plus en plus de Belges souscrivent un crédit hypothécaire seuls.

En 2017, 1 crédit hypothécaire sur 3 a été souscrit chez AXA Banque au nom d’une seule personne. La proportion de clients souscrivant un crédit sans partenaire a augmenté de 14% au cours des 3 dernières années. Une explication possible de cette évolution : le nombre croissant de célibataires en Belgique. Mais il se peut aussi que davantage de clients choisissent délibérément de contracter un crédit hypothécaire seuls, bien qu'ils aient un partenaire.

Plus d'infos