Risque contre rendement : le juste équilibre

Préparer votre avenir Investir – 26 janvier 2017

Maintenant que le taux d'intérêt sans risque a atteint un niveau plancher, vous vous êtes peut-être déjà demandé comment vous pourriez réveiller votre épargne dormante. En effet, en 2017, le rendement de votre compte d'épargne ne suffira même plus à compenser l'inflation. Passer à un placement peut apporter une solution. Mais comment gérez-vous dans ce cas le risque et le rendement ? Un conseil en or : choisissez un placement qui répond à vos projets et à vos objectifs. En optant pour le juste équilibre, vous ne serez jamais déçu(e).

 

risque et rendement
Votre agent bancaire peut vous aider à définir vos projets et vos objectifs à l'aide d'un check-up financier.

Les bourses offrent un réel retour

Une enquête historique sur les rendements des investissements aux USA a le mérite d'être claire : entre 1802 et 2013, l'indice boursier américain de référence réalisait en moyenne un retour réel de 6,7 % par an, tandis que le rendement d'un portefeuille comprenant des avoirs à court terme sans risque ne s'élevait sur la même période qu'à 2,7 %.

Plus près de chez nous, notre indice boursier belge – le Bel-20 comme nous l'appelons – nous dit la même chose. Le Bel-20, qui a été lancé en 1991 avec une valeur initiale de 1.000 points, a évolué en l'espace de 25 ans avec des hauts et des bas pour devenir un indice d'une valeur de 3.584 points. Cela correspond à un gain de 4,95 pour cent en moyenne par an (source : Euronext). Si les dividendes payés sont également pris en compte, le retour moyen du Bel-20 se situe même au-dessus des 8 % par an. Ces chiffres contrastent nettement avec l'épargne, qui n'a fait que baisser au cours des trois dernières décennies.

L'avenir ne peut être assuré

Les résultats des investissements passés ne constituent toutefois pas une garantie pour l'avenir. En outre, vous ne pouvez pas non plus perdre de vue les risques de la bourse. Vous vous rappelez peut-être encore du krach boursier de 2008 ou des chutes des cours après le 11 septembre 2001. Si vous souhaitez profiter des plus belles perspectives de rendement sur les marchés financiers, vous devez aussi parfois supporter à court terme de nombreuses fluctuations des taux de change.

Toutefois, si vous respectez les principes de base ci-dessous, les caprices de la bourse ne devraient plus vous empêcher de dormir. Plus étonnant encore : si vous adoptez une approche sensée, vous pouvez même faire jouer la volatilité en votre faveur.

Premier principe de base : investissez à long terme

Toute période de baisse des cours – aussi appelée marché de l'ours – est tôt ou tard suivie d'une reprise ou, comme on dit dans le jargon boursier, un marché du taureau. Ainsi, même les plus lourdes pertes ont toujours été récupérées par le passé. Un horizon suffisamment long est la première clé de la réussite en bourse.

Deuxième principe de base : répartissez vos investissements dans le temps

En répartissant votre entrée sur le marché dans le temps, vous faites jouer la volatilité en votre faveur. Cela vous offre la possibilité, pendant les baisses inattendues des cours, de racheter à des cours inférieurs. Vous en profiterez dès la reprise ultérieure des cours. Il vous est possible de répartir les placements dans des fonds via un plan d'investissement, à partir de 25 euros par mois déjà. Si vous souhaitez investir un plus gros montant en une fois, répartissez votre entrée sur plusieurs mois.

Troisième principe de base : veillez à une répartition de votre portefeuille

Pour obtenir un rendement plus élevé, vous devez être prêt à prendre un risque. Vous ne pouvez pas en faire autrement, car risque et rendement sont étroitement liés. Toutefois, ce risque doit être en conformité avec votre profil d'investisseur, vos objectifs et vos attentes. Mettez dès lors vos placements en correspondance avec vos projets et vos objectifs. Votre agent bancaire peut vous aider à définir ceux-ci à l'aide d'un check-up financier.

Prévoyez toujours une réserve pour les dépenses imprévues et optez plutôt pour des objectifs à court terme que pour des investissements à rendement fixe. Veillez également à une répartition suffisante de la composante de risque de votre portefeuille afin de compenser les chocs si les bourses plongent. De plus, c'est justement le grand avantage des fonds de placement : vous entrez directement dans un portefeuille largement diversifié

Prochain sujet dans notre série sur les placements : Épargner ou investir ? D’abord épargner, puis investir !

Conseils et questions sur nos produits

Contactez votre Agent bancaire AXA

Plus d'articles à ce sujet

Revenus annuels des fonds d’investissement : faut-il les déclarer?

Vous êtes peut-être en pleine déclaration d’impôt et vous vous demandez si vous devez mentionner les revenus annuels découlant des fonds dans lesquels vous avez investi. La réponse à cette question est : non. Enfin, pas dans la plupart des cas. En effet, il y a anguille sous roche : les revenus générés durant l’année calendrier écoulée par les fonds d’investissement régis par des droits étrangers doivent, dans certains cas, être déclarés. Pourquoi ? Lisez la suite pour le découvrir.

Épargne-pension : 960 ou 1.230 euros ?

Depuis le début de cette année, vous pouvez choisir d’épargner un maximum de 960 ou de 1.230 euros par an pour votre pension, et bénéficier d’une déduction fiscale différente. Que devez-vous faire si vous optez pour le montant maximal le plus élevé ? Et quelle est l’option la plus avantageuse : 960 ou 1.230 euros par an ?

Investir son argent dans des fonds communs de placement : à chacun la formule qui lui convient

Vous souhaitez investir votre argent ? Alors vous pouvez, en fonction de votre goût du risque, envisager d'acheter des obligations ou des actions. Mais vous pouvez aussi choisir de placer vos économies dans un fonds d’investissement. Mais au fait, qu'est-ce que c’est que ces fonds communs de placement au juste ? Et quels sont les différents types de fonds qui s’offrent à vous ? Voici quelques conseils pour vous aider à décider où investir votre argent.

Macro-économie : risques plus importants dans un cycle économique qui a atteint son apogée

2018 a connu un démarrage plus négatif que prévu. Un certain nombre d’indicateurs macro-économiques déçoivent quelque peu. En outre, de nombreux risques supplémentaires font leur apparition, comme le sentiment politique en Europe, les prix du pétrole qui ont dépassé une fois de plus le seuil des 80 $, ou encore la croissance des taux d’intérêt à long terme aux États-Unis.

Constitution de pension en Belgique : les 4 piliers de pension

En Belgique, la pension légale est moins élevée que chez nos voisins. Après la mise à la pension, vous devrez donc vivre avec un revenu beaucoup moins élevé que lorsque vous travailliez encore. Heureusement, les pouvoirs publics ont prévu la possibilité de se constituer une pension complémentaire. En quoi consiste le paysage belge des pensions et quelles sont les possibilités dont vous disposez pour vous constituer un capital de retraite supplémentaire ? Découvrez-le dans ce blog.