Le Belge préparé à l’achat de son premier logement

Vous loger Construire Emprunter – 11 mars 2020

Les acheteurs d’un premier logement restent-ils dans le budget prévu ? Combien d’argent ont-ils dû mettre sur table pour l’achat et quelles sont les différences en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles ? Et quelle partie du revenu mensuel les acheteurs d’un premier logement consacrent-ils au remboursement du crédit hypothécaire ? Voilà des questions pertinentes qu’AXA Banque a demandé au bureau d’études de marché Ipsos, de poser à 1001 jeunes Belges de 22 à 35 ans concernant l’achat de leur première habitation. Voici leurs réponses.

La plupart des nouveaux propriétaires ne dépassent pas leur budget

jeunes propriétaires premier logement
Plus de la moitié des jeunes propriétaires (57%) continuent de suivre la règle traditionnelle 1/3. En moyenne, ils consacrent 32 % de leurs revenus mensuels au remboursement de leur crédit logement.

Le marché immobilier a évolué ces dernières années. Les prix augmentent sans cesse et le rêve de devenir propriétaire semble de plus en plus inaccessible pour certains. Néanmoins, la jeune génération semble être particulièrement bien préparée à l'achat d’un premier logement.

74 % des personnes interrogées parviennent à respecter leur budget initial. La plupart des jeunes propriétaires (69 %) ont déboursé moins de 300 000 euros pour leur première maison.

L'étude montre par ailleurs des différences régionales frappantes. À Bruxelles, un tiers (32 %) des jeunes ont acheté une maison pour un montant compris entre 200 000 et 300 000 euros. En Flandre, cette proportion est encore plus élevée : 37 % ont payé entre 200.000 et 300.000 euros. En Wallonie, par contre, 1 jeune sur 2 (50 %) a payé moins de 200 000 euros pour son premier logement.

Plus de 7 jeunes sur 10 (74 %) parviennent à respecter leur budget initial lors de l'achat de leur première maison.

Mais pour ne pas dépasser le budget fixé, ils doivent souvent revoir leurs prétentions à la baisse.

  • Pour ne pas que l’achat dépasse leur budget, les jeunes sont davantage enclins à mettre de l’eau dans leur vin en ce qui concerne l’état d'achèvement de l’habitation achetée. La maison de rêve dans laquelle il n’y a plus qu’à s’installer doit faire place, dans près d’1 cas sur 3 (30 %), à un bâtiment nécessitant des travaux de rénovation.
  • En outre, les recherches montrent que les jeunes propriétaires sont prêts à faire des concessions sur le type de logement. La plupart des candidats propriétaires (55 %) ont pour objectif de s'installer dans une maison individuelle. Ils sont nettement moins nombreux à rêver d'une maison jumelée (17 %) ou d'une maison mitoyenne (12 %). L'étude met en évidence une réalité différente : seul un tiers (31 %) vit dans une maison individuelle. 28 % d'entre eux ont opté pour une maison jumelée et 27 % ont acheté une maison mitoyenne.

Le budget est dépassé ? Raisons et solutions

Environ un quart des jeunes propriétaires interrogés (26 %) ont opté pour une habitation qui dépassait leur budget. Parmi eux, 55 % ayant dépassé leur budget initial expliquent l’avoir fait après avoir trouvé leur maison idéale, un logement qu’ils ne pouvaient laisser passer. En outre, 44 % ont dû admettre ne pas pouvoir trouver un logement répondant à leurs besoins dans leur budget. En général, l'enquête montre que les jeunes qui ont dépassé leur budget ont eu recours à de multiples sources de financement.

  • 51 % ont emprunté un montant plus élevé à la banque.
  • 46 % ont utilisé leur compte d'épargne pour financer (en partie) le coût supplémentaire.
  • Un quart (26 %) a demandé une aide supplémentaire à ses parents pour couvrir le coût plus élevé.

La fameuse règle 1/3 n’offre pas une solution adéquate pour tout le monde

La règle dite "d'or", selon laquelle un maximum de 33 % du revenu mensuel peut être consacré au remboursement d'un prêt hypothécaire, ne correspond plus à tous les profils.

  • Plus de la moitié des jeunes (57 %) consacre moins d'un tiers de leur revenu mensuel au remboursement de leur emprunt.
  • Un propriétaire sur quatre (25 %) consacre chaque mois entre 33 % et 40 % de ses revenus au remboursement de son prêt immobilier.
  • 18% consacrent plus de 40 % de leur revenu mensuel au remboursement de leur emprunt.

En moyenne, il apparaît que les jeunes consacrent 32 % de leur revenu mensuel à leur prêt immobilier.

D’un autre côté, parmi les jeunes candidats-propriétaires, seuls 38 % pensent pouvoir respecter la règle 1/3. Et la réalité démontre que c’est faisable pour la majorité.

Mais il est quand même important de nuancer ces résultats. La règle du 1/3 n'est cependant pas toujours la meilleure mesure à suivre pour déterminer si un plan de remboursement est réalisable financièrement, même si elle a la vie dure. Les banques ne l’appliquent plus depuis longtemps, car au fur et à mesure que le revenu augmente, la règle 1/3 perd de sa pertinence : ce qui compte, c’est ce qui reste à la fin du mois. Dans le cas d’un crédit-logement, nous tenons toujours compte de la situation individuelle.

Quand ne faut-il plus louer, mais acheter ?

Vous voulez savoir si vous êtes capable d’acheter votre propre logement et si l’achat est financièrement plus intéressant que la location ? Alors utilisez le simulateur acheter ou louer. Ce simulateur en ligne peut déjà vous donner une première indication.

Vos plans sont déjà plus concrets ? Alors effectuez une simulation de votre crédit-logement, afin d’avoir une meilleure vue de ce que cela signifie pour votre budget mensuel.

Ou prenez rendez-vous avec un Agent bancaire AXA pour un conseil personnel.

guide immo

Vous trouverez un tas d’autres informations précieuses sur tout ce qui touche à la construction, la rénovation et la transformation dans le guide immo d’AXA Banque.

76 pages pleines d’inspiration, d’astuces et de conseils pour mener à bien votre projet immobilier.

Téléchargez maintenant votre exemplaire.

Conseils et questions sur nos produits

Contactez votre Agent bancaire AXA

Plus d'articles à ce sujet

Acheter une maison à rénover et à retaper (ou démolir) : à quoi devez-vous faire attention ?

Pour sa maison, le Belge préfère généralement les constructions neuves ou du moins les maisons prêtes à être emménagées. Toutefois, pour des raisons budgétaires et en raison des exigences de plus en plus strictes en matière de performance énergétique des bâtiments, nous devrons à l’avenir de plus en plus souvent opter pour une maison existante à rénover. Pour certaines maisons, une rénovation énergétique aussi importante n'est pas profitable, et il n'y a alors qu'une seule solution : tout démolir et reconstruire. Quand opter pour l'une ou l'autre option ? Nous vous aidons à prendre la bonne décision.

Plus d'infos

Construire ou acheter une maison : ce qu’il faut prendre en compte

Vous envisagez de construire une maison dans un avenir proche ? Ou bien vous pensez plutôt acheter une maison et éventuellement la rénover ? Différentes considérations sont absolument à prendre en compte si vous voulez habiter le logement de vos rêves. Le budget disponible est un facteur déterminant, mais d'autres éléments jouent un rôle dans le choix entre l'achat ou la construction d'une maison.

Plus d'infos

La Flandre favorise la construction et rénovation éco-énergétiques

À partir de 2021, chaque nouvelle construction destinée au logement en Europe devra être « Quasi neutre en énergie » (ou Q-ZEN). En Flandre, le niveau de consommation d’énergie ou niveau E est donc progressivement ramené à E30, la norme obligatoire à partir de 2021. Le gouvernement flamand souhaite également encourager les propriétaires de logements existants à rénover de manière économe en énergie et propose un niveau E maximum de 60 d’ici 2050. Quel est le bilan en Flandre ? Par ailleurs, que recevez-vous du gouvernement flamand en échange d’un logement Q-ZEN ou de travaux de rénovation réduisant considérablement le niveau de consommation énergétique ?

Plus d'infos

Quels sont les frais de notaire pour un achat immobilier ?

Que vous passiez l’acte d’achat d’une maison ou que vous signiez des contrats avec un architecte, un entrepreneur ou un promoteur immobilier, il importe que votre signature soit le résultat d’une décision rationnelle. Le notaire fait partie de ces personnes qui, comme le banquier ou le fiscaliste,  peuvent vous conseiller utilement.  Ses conseils sont généralement gratuits, mais ses recherches et ses actes notariés, eux, ont un coût. En voici le détail.

Plus d'infos

Vendre votre grande maison pour un appartement : comment financer l’opération ?

Vendre votre maison familiale pour acheter un logement plus petit et plus confortable, pourquoi pas. C’est une décision assez logique à partir d’un certain âge, nombreux sont d’ailleurs les seniors qui sautent le pas et vont vivre en appartement. Voici quelques pistes pour vendre votre logement actuel et financer votre nouvel achat dans les meilleures conditions.

Plus d'infos

Contactez un Agent bancaire AXA